Le restaurant végétarien IMA, la méditerranée dans votre assiette !

Des veggies gorgés de couleur, un grain de soleil et beaucoup de bonne humeur… Le restaurant végétarien IMA vient d’ouvrir sur les bords du canal Saint Martin, au 39 quai de Valmy. Je l’ai testé. Et approuvé.

Sur les bons conseils de Justine et Clémence, deux veggies addicts, toujours au taquet sur les nouvelles ouvertures de restos cools et healthy, j’ai enfourché mon vélib’ jusqu’à République, pour découvrir IMA, qui risque fort de devenir ma nouvelle cantine.


IMA, ça vient d’où ?

jerusalemDe l’hébreu, qui signifie « maman ». Accessoirement, c’est aussi le nom d’un restaurant situé à Jérusalem. Mais pour la cuisine, rien à voir avec la tambouille de la « mama » ! Après la rôtisserie mitoyenne Gallina, trois amis restaurateurs ouvrent leur coffee shop healthy/veggie. Qui sont-ils ? Joe Elliot, de Cream à Belleville et Jérémy Attuil et Mikael Attar, du Sunken Chip, le pionnier du fish & chip parisien). Plutôt jeunes, plutôt sympas, plutôt dans le vent. Leur inspiration ? Jérusalem, le best-seller international de la cuisine paru en 2013, dont les auteurs ne sont autres que Yotam Ottolenghi et Sami Tamimi, un tandem dont l’association remonte à plus de 15 ans. Le premier a grandi dans le quartier juif de Jérusalem, l’autre est palestinien, plutôt de la partie Est de la ville. Mais la cuisine, ça rapproche ! Pour preuve, leurs adresses londoniennes pullulent et cartonnent (Nopi, Islington, Notting Hill, Belgravia, Spitafields…).

IMA, pourquoi ça marche ?

Parce que le restaurant végétarien IMA est à l’image du livre : un melting pot (au sens propre) des cuisines méditerranéennes (Liban, Turquie, Syrie, Arménie, Israël…) avec une touche de cuisine occidentale. De l’audace, des épices, beaucoup d’amour et de générosité (y compris dans la quantité des assiettes !). Voilà, c’est nouveau, et ça fait du bien, à Paris, ce deli cool qui surfe sur la vague veggie mais qui s’ouvre nettement plus sur l’extérieur et la richesse des saveurs de l’Orient. Est-ce que c’est healthy ? Oui, plutôt, mais pas non plus segmenté gluten & lactose free, comme me confie Jeremy entre deux assiettes. « Certains membres de notre équipe sont vegan, d’autres intolérants au gluten, tout comme notre clientèle. On ne le revendique pas, mais on propose des versions « sans », pour s’adresser à tout le monde ». Smart.

IMA -gine l’assiette

Des salades, principalement ! Elles changent tous les jours (ouverture 6 jours sur 7, sauf le mardi, parce que c’est permis). Victoria Werle, en cuisine, s’active. Elle goûte, ajuste, et conçoit les assiettes, en plus de préparer des pitas maison. Cette native de Grenoble, depuis 6 ans sur Paris, dont 4 passés au service de la Croix-Rouge en mode « multipass », a passé son CAP boulangerie, puis pâtisserie, avant de rencontrer Joe. « Il avait besoin de quelqu’un en cuisine à Gallina, donc je m’y suis mise », explique-t-elle simplement, avant d’encaisser l’addition d’un englishman in Paris. Depuis, elle se lève tôt, brainstorme et prépare des assiettes bien garnies. Du quinoa, mais pas que ! Ce jour-là, un samedi, c’était : pommes de terre harissa, frisée, fêta, petits pois frais, aubergines, pousses d’épinard, yaourt safran, concombre, piment, pavot. J’ai pris la terrine de légumes de Camille et la galette pdt kale en plus, curieux que j’étais.

Impression de fraîcheur intense mais également de subtilité. Effectivement, c’est frais, mais moins attendu que les associations traditionnelles carottes/coriandre, concombre/menthe etc. Et puis, Victoria m’a réconcilié avec le Kale. Je me souviens d’un post de Lucile W., avec lequel j’étais complètement d’accord. En gros, « arrêtez de dire que les chips de Kale c’est bon parce que c’est veggie ». Pour ma part, je n’ai jamais apprécié ce chou, sauf en jus et s’il est mélangé. Et bien là, stupeur. Des galettes chaudes, fondantes, sapides. Le Kale oscille entre l’épinard et l’oseille. Vraiment intéressant.

A tomber, je vous dis !

Pour le dessert, impossible de résister à la part de tarte aux figues, particulièrement réussie. Un shortbread recouvert d’une couche de labneh, (un fromage frais préparé avec du lait de chèvre ou de brebis) d’un soupçon de miel et des figues fraîches. Bon, frais, sincère.

J’ai aimé :

– le goût, le mélange des textures et des saveurs

– la généreuse proportion de la grande assiette

– la convivialité et simplicité (on regarde la carte, on file commander et régler au comptoir)

J’ai moins aimé :

– l’ambiance sonore assez prononcée : musique très sympa, mais j’aime entendre ce que l’on me dit ! Je suis vieux et on ne me changera pas !

– La table du milieu, fixée au sol, comme à la cantine. L’idée ne me dérange pas, mais pas la place de mettre les cuisses. Nos voisins n’étaient pas très à l’aise non plus. Le message est passé, donc, où ils baissent les chaises, ou un petit coup de scie et c’est réglé !

Décor mosaïque/tomettes/briques, un mobilier sobre en bois sans austérité


IMA, faut-y aller ?

Evidemment. Pour tester et se faire sa propre idée, mais surtout pour surprendre son palais. L’équipe, très féminine, doit recevoir des centrifugeuses cette semaine pour confectionner des jus verts et autres healthy smoothies.

C’est cher ? En toute honnêteté, pas vraiment. On peut s’en tirer mieux, à deux. Pour la première fois, on avait envie de goûter un panel varié. L’addition donne : 48 euros pour deux grandes assiettes (15,50 € le grand format, 12,50 € le petit), deux accompagnements à 3,50 €, une eau gazeuse et une part de tarte aux figues pour 2, pure gourmandise. Retirez les side-orders (-7 €), l’eau gazeuse (hop, – 4 € car on boit plutôt entre les repas) et misez sur une petite assiette (-5 € à deux), largement suffisante, et l’addition « tombe » à 32 euros pour deux convives, avec un dessert à se partager.

IMA, où ça ?

Au 39 quai de Valmy, dans le 10ème. Tel : 0140364137. Pas de réservation ! Sur place ou à emporter (les salades seront au poids, dans ce cas). Le site est actuellement en construction, mais la page FB est active ! Horaires : du lundi au dimanche, de 8H30 à 17H30, sauf le mardi.

Pourquoi le matin ? Parce qu’il faut se laisser tenter par un petit déjeuner ou un brunch. Le restaurant végétarien IMA propose un Granola gluten free avec millet/noix/dattes et yaourt soja ou lait d’amandes, tapioca bowl, du Cilbir (œuf poché, labneh aux herbes, pesto de menthe et beurre pimenté) ou des pancakes ou sarrasin/sirop de dattes…#eatpraylove.

Sur le même t’aime  : East Side Burgers, les sandwichs veggies & vegan